vendredi 15 décembre 2017

TROYES : Scènes d'atelier dans l'usine de bonneterie BELLOT frères - BOUDOT-LAMOTTE

 Scènes d'atelier dans l'usine de bonneterie BELLOT Usine d'apprêt des étoffes Pierre Bazin, puis Bellot frères, puis usine de bonneterie Bellot frères et Boudot-Lamotte. Divers propriétaires possèdent des bâtiments d'apprêt des étoffes au 14 rue des bas-Trévois dans la seconde partie du 19e siècle, dont Jacques Bertholey qui en fait élever peu avant 1875 et Pierre Bazin vers 1890. Ces constructions sont réunies sous la propriété de Bellot frères vers 1920 qui y ajoutent une usine de bonneterie une dizaine d'années plus tard et l'exploitent en compagnie de Boudot-Lamotte jusqu'à la cessation d'activité en 1966. Source : Patrimoine de France & Officiel de la Mairie, 1963
© Corinne Robert Remerciements pour l'autorisation de publication







Usine d'apprêt des étoffes Pierre Bazin, puis Bellot frères, puis usine de bonneterie Bellot frères et Boudot-Lamotte, puis immeuble de bureaux, actuellement hôtel d'entreprises - Bureau vu depuis le nord-est. 

Divers propriétaires possèdent des bâtiments d'apprêt des étoffes au 14 rue des Bas-Trévois dans la seconde partie du 19e siècle, dont Jacques Bertholey qui en fait élever peu avant 1875 et Pierre Bazin vers 1890. Ces constructions sont réunies sous la propriété de Bellot frères vers 1920. Ils y ajoutent une usine de bonneterie une dizaine d'années plus tard et l'exploitent en compagnie de Boudot-Lamotte jusqu'à la cessation d'activité en 1966. Un bureau a été édifié vers 1946. Après avoir abrité des magasins de commerce, les bâtiments accueillent, en 1986 (enquête initiale) un centre médical. En 2013 (complément d'enquête), le site sert d'hôtel d'entreprises et appartient à la Ville de Troyes. 
Source de l'Historique http://inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr/dossier/usine-d-appret-des-etoffes-pierre-bazin-puis-bellot-freres-puis-usine-de-bonneterie-bellot-freres-et-boudot-lamotte-puis-immeuble-de-bureaux-actuellement-hotel-d-entreprises/7ba84f25-8218-4468-ad3f-b068b229ceab 
Copyrights(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général


lundi 9 octobre 2017

Bonneterie dite "Usine des Capucins", Ventex - Adidas Troyes

Inventaire Général du Patrimoine Culturel
Vue d'ensemble depuis le nord-est
1903
Boisson et Carret Frères 1905

1909
Le site est aujourd'hui 12, boulevard Georges Pompidou à Troyes (anciennement 10, rue Charles Dutreix)
Charles Dutreix fait construire une usine de bonneterie vers 1886, puis cet établissement est exploité par Dutreix et Chapplain. Vienner ensuite Boisson Carret et Frères vers 1900. Avant la seconde guerre mondiale, la raison sociale devient S.A.R.L. Usine des Capucins, en référence au couvent des Capucins qui se trouvait à proximité avant la Révolution française. Elle est exploité par Armand Lièvre, puis par Ventex.
Pour plus d'infos et photos voir Jean-Louis Humbert :
http://www.crdp-reims.fr/cddp10/ressources/mediatheque/dossiers/pia/fiche_29.htm

Voyez Press'TROYES n° 267 octobre 2017 page 6 & 7 :Le patrimoine industriel au service de l'économie contemporaine
texte de Jean-Louis Humbert


~~~ooOoo~~~

Depuis 1970 environ, c'était la S.A. Ventex, créée en 1958 qui exploitait l'usine, Ventex à la chapelle St Luc, et aux Bas-Trévois. Les trois ateliers de Ventex  ont été réunis à l'usine des Capucins rue Charles Dutreix. Implantée dans l'Aube, Ventex SA avait été reprise par le groupe Adidas, de 1976 à 1996.
Ventex avait implanté à Pont-Sainte-Marie une usine et une plateforme logistique contenant des silos de stockage, un hall d'expédition et un magasin d'usine face à Mod'Show rue Marc Verdier Pont-Sainte-Marie. La plateforme logistique est exploitée aujourd'hui par Petit Bateau.
A signaler qu'Adidas exploitait une usine à Libourne, ainsi que la filature de Chaligny (M&M) ex Seligman (54), qui a vu les sociétés BOUSSAC, FRAFOR et ADIDAS exploiter ses ateliers jusqu’à la fin des années 90. Note du webmaster qui a vécu dans le 54.

mardi 26 septembre 2017

TROYES : SA de Teinturerie et Impression de Saint-Julien (aube), 1881, Lambretta et Fenwick

Le faisceau ferroviaire correspond à l'avenue Michel Baroin actuelle.

Une histoire troyenne : Les bâtiments de cette usine désaffectés en 1936, serviront aux allemands en 1940 pour parquer des prisonniers français du Stalag 214 (Hauts-Clos et Pont-Ste-Marie,camp du Moulinet). Puis après la Libération Robert FENWICK acheta l'usine pour y créer successivement une chaudronnerie industrielle, Lambretta fabrique de scooters et enfin FENWICK pour construire des chariots élévateurs.

lundi 25 septembre 2017

Magasin de bonneterie "Au Prix de Gros" Occupation - Gendarme français

Occupation - Gendarme français
Vente en gros et en détail - Magasin de bonneterie "Au Prix de Gros"
à situer 

mardi 19 septembre 2017

TROYES Bonneterie Louis NICOT, marque ELLEN

1957 : 33, rue des Bas-Trévois
La S.A. des Éts Louis Nicot fait édifier une usine de bonneterie à la fin du 2e quart du 20e siècle, sur l'emplacement d'une ancienne usine de blanchiment ayant appartenu à Joblet, mais dont il semble ne rien subsister. L'activité de bonneterie cesse vers 1965, et les bâtiments sont intégrés dans l'usine voisine appartenant à la S.E.D.I.S., qui fabrique actuellement des chaînes industrielles, des roues et des pignons.
© Inventaire général
En 1947, je trouve l'adresse : 52, rue Jaillant-Deschainets
Aujourd'hui magasins commerciaux : 2 et 9, rue Joseph-Alexandre-Guivet


Voyez aussi sur ce blog : ellen-bonneterie-louis-nicot

lundi 18 septembre 2017

Bonneterie LOISELET - usine Cardinal, puis Giller, puis Savouré Boulevard du 1er RAM Troyes

7, boulevard du 1er RAM Troyes
Manufacture de Confection fondée en 1874
 La cheminée en brique formait un décor. Elle portait la date de 1878
- CPM du Groupe Cartophile Aubois

 
LOISELET, rue de la Trinité et rue de Turenne en 1954

Usine de bonneterie Cardinal, puis André Gillier, puis S.A. Savouré, puis Loiselet, actuellement immeuble de bureaux - 7 boulevard du Premier R.A.M.
Usine édifiée entre 1878 et 1882 par le fabricant de bonneterie Cardinal, puis exploitée par André Gillier avant 1890, puis par la S.A. Savouré, qui possède une autre usine de bonneterie (étudiée) à Sainte-Savine, entre 1925 et 1960 environ. Loiselet en reprend l'exploitation jusque vers 1990, époque de destruction de l'établissement, à l'exception du logement patronal qui abrite aujourd'hui des bureaux.
© Inventaire général
Marque SANGLIER

vendredi 8 septembre 2017

Omnium Troyen de Bonneterie et de Jersey , au n° 3 rue Sainte-Jules TROYES

1926-1929   "Omnium Troyen de Bonneterie et de Jersey"  , au  n° 3  rue  Sainte-Jules.
Merci à Martine Demessemacker pour son aide !

mercredi 30 août 2017

KLEBER-COLOMBES : très rare tableau de gonflage papier des années 1945

Très rare tableau de gonflage papier des années 40.
Certainement après 1945 et la refondation de la société sous le nom de Kléber (pour avenue Kléber à Paris nouveau siège de l'entreprise) et l'usine historique située à Colombes (Seine).
Précédemment la raison sociale était  Goodrich Colombes pour BF Goodrich France.
Issue de la société américaine fondée en France en 1910.

en savoir plus sur l'histoire de kléber

jeudi 20 juillet 2017

TROYES : usine de Chaillouet, Lebocey Aiguilles

Jules Lebocey fonde une usine d'aiguilles et de platines pour métiers de bonneterie pendant la Première Guerre mondiale, afin de pallier la pénurie causée par la rupture des liens avec les fabricants allemands. Cette usine est construite en dur en 1917 et 1918, comme l'attestent les dates portées sur la façade antérieure des bureaux. Les ateliers de la rue de Chaillouet couvrent 4820 m2 en 1924. Mais Lebocey possède à Troyes deux autres unités de fabrication de métiers de bonneterie, si bien qu'après la Seconde Guerre mondiale, une société est créée sous le nom de Lebocey Industrie pour n'exploiter que l'usine d'aiguilles et de platines. 
En 1986 (date de l'enquête initiale), la raison sociale est Vallée Gautier. En 2014 (complément d'enquête), une société spécialisée dans la conception et la fabrication de moules et modèles pour l'industrie (GL Outillage S.A.R.L.) occupe une partie de l'atelier de fabrication, ainsi que l'ancien bureau. La cheminée d'usine est trouvée arasée et les autres bâtiments sont désaffectés. 120 ouvriers en 1917, 460 en 1924 et 483 après la Seconde Guerre mondiale. Source : http://inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr

Voir aussi : lebocey-aiguilles




mardi 11 juillet 2017

mercredi 7 juin 2017

Reines des Fêtes de le Bonneterie à Troyes

Carte-photo très rare signée au dos L. Brunon. On aperçoit les Reines sur le podium. Année ?